Un festival pour tous depuis 2003

Ciné-Festival en Pays de Fayence

Le festival où VOUS pouvez être juré

INFORMATIONS PROGRAMME PARTICIPER RETROSPECTIVE CONTACT

Eran Riklis

Né en 1959 à Jérusalem, il a à son actif de nombreux films, fictions et documentaires, ainsi que des séries. Ne citons ici que les plus connus qui tournent tous plus ou moins autour de la question d’une identité malmenée.

Mon fils (Dancing Arabs)



D'Eran Riklis

Avec :
Tawfeek Barhom, Yael Abecassis, Ali Suliman

Allemagne, France, Israël, 2014, 105min. arabe, hébreu ,

Eyad qui a grandi dans une ville arabe d’Israël se voit offrir l’opportunité d’intégrer un prestigieux pensionnat israélite à Jérusalem. Premier et seul Arabe à y être accepté, il tente désespérément de s’adapter à ses camarades de classe juifs et à la société israélienne. Il sympathise bientôt avec Jonathan, un garçon atteint de dystrophie musculaire, jusqu’à faire partie de sa famille en épaulant Edna, la mère célibataire de Jonathan. Étranger, Eyad cherche à s’intégrer, même s’il ne sait pas vraiment à qui ou à quoi. Il tombe amoureux de Naomi, une jeune juive, mais est sommé de quitter l’école quand on découvre leur relation. Il réalise alors que, pour être accepté, il doit renoncer à son identité. Face à ce dilemme, Eyad va devoir prendre une décision qui changera sa vie à jamais.

Comment être amis quand tout vous pousse à être ennemis ? On ne peut pas vivre au Proche Orient sans se poser la question de son identité. Naviguer dans l’entre-deux n’est pas viable.
Pourtant Eyad a tout pour réussir, il est intelligent, non-violent - mais il est arabe. Si grâce à son intelligence, tous les espoirs sont permis, il suffit que le cœur s’en mêle pour tout remettre en question. Est-ce qu’un amour peut résister à une telle pression ?
L’image de Naomi, particulièrement belle et lumineuse dans son nouvel uniforme, me fait penser à l’expression d’une amie écrivain allemande, Renate Finckh, qui parle à propos des jeunes filles des jeunesses hitlériennes du « Nous en blouse blanche » (« das weißbebluste Wir ») - un blanc qui scelle une identité communautaire exclusive de toutes les autres.
Eyad incarne à lui seul toutes les angoisses et tous les espoirs de sa génération, en quête d’un avenir possible.
Bien filmé, bien joué, c’est l’histoire de jeunes broyés par l’histoire. Quand est-ce que cela s’arrêtera ?

Projeté au Ciné-Festival en 2014. En compétition



Séances :


Ciné-Festival en Pays de Fayence - Secrétariat :1073 chemin des Touars, 83440 Callian - tél. 06 22 04 36 77
Siège social : Communauté de Communes, Mas de Tassy, RD19, 83440 Tourrettes
www.cine-festival.org - contact@cine-festival.org
Mentions légales